Intervention du groupe EELV au conseil municipal de Pontault-Combault pour le Rapport d’Orientation Budgetaire (ROB)

Intervention d’Hocine Oumari  dans le cadre du ROB lors du conseil municipal de Pontault-Combault du 12 février 2018

Monsieur le maire, mes chers collègues, Mesdames, Messieurs,

Je vais donc m’exprimer au nom du groupe EELV.

Le ROB introduit en préambule le contexte national, je vais donc en dire quelques mots.

L’élaboration de notre budget se fait une fois encore dans un contexte difficile, marqué par la continuation de la tendance à la baisse des dotations de l’Etat pour les collectivités en général et la nôtre en particulier, et cela malgré l’affichage mensonger du Gouvernement.

En effet, la tendance baissière se confirme via certes le maintien de la dotation pour 2018, mais aussi en parallèle par l’augmentation des péréquations et la nouvelle contrainte sur les dépenses de fonctionnement qui pèse sur notre ville et enfin à travers la confirmation des 13 milliards d’euros d’économie demandés aux collectivités dans les prochaines années.

On nous promet aussi La suppression progressive de la taxe d’habitation pour une grande majorité des redevables et la confirmation de la compensation intégrale des dégrèvements par l’Etat. Oui mais pour combien de temps ? sachant par expérience que les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Quant au grand plan d’investissement de 10 milliards lancé par le gouvernement dont devrait bénéficier Les collectivités, comment va-t-il se repartir sur les quatre priorités annoncées ? Sous quelles conditions ? Quel type de collectivité va en profiter.

Nous ne doutons pas qu’avec les politiques libérales qui sont menées, la priorité de financement sera donnée et orienter vers les entreprises. La formation et l’emploi et sans doute plus encore la transition écologique seront les parents pauvres de ces financements, nous espérons néanmoins nous trompés d’autant plus que le CICE court toujours.

On nous dit que l’année 2017 aura été marquée par une croissance du PIB de 1,9%. Super ! notre pays se classe à la sixième place des puissances économiques avec un PIB de 2 118 milliards d’euros, c’est bien, malheureusement le PIB n’a jamais été un indicateur de progression et de bien-être social.

Depuis le début des années 2000 la paupérisation de la population ne cesse de croitre et les inégalités explosent, permises au passage par une politique de dérégulation avec des politiques plus ou moins libérale selon les gouvernements passés, et le sera plus encore avec les nouvelles mesures de l’actuel gouvernement, ce qui fragilise dangereusement notre équilibre social.

Je vais ouvrir une parenthèse si vous me le permettez

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) publie régulièrement des rapports sur le développement humain, il présente un classement basé sur un indicateur qui tient compte du niveau d’éducation, de la santé et du niveau de vie, c’est L’indice de développement humain (IDH), Le rapport du 21 mars 2017, place la France à la 21ème place du classement mondiale, alors qu’en 2009 nous étions encore à la 8ème place. On peut être plus ambitieux pour notre pays en matière d’un développement respectueux de l’équilibre social et du bien-être des français.

Je referme là cette parenthèse.

Nous souhaitons également attirer l’attention de notre Assemblée sur les éventuels risques d’aggravation des inégalités sociales à Pontault-Combault du fait des différentes réformes et mesures engagées par le Gouvernement comme : l’augmentation de la C.S.G des retraités, la suppression brutale des contrats aidés ou encore la baisse de l’A.P.L. sans parler de la réforme du code du travail.

 

Pour en revenir au local,

Notre groupe sait que l’exercice du budget n’a pas été simple dans ce contexte. Les orientations budgétaires qui nous sont proposées aujourd’hui sont le fruit d’un travail et d’arbitrages difficiles. La municipalité a adopté comme les années passées une attitude responsable avec un budget qui permet de maintenir malgré tout un service public de qualité. Mais ne soyons pas dupe, les prochaines années, l’exercice risque d’être impossible et il nous faudra faire des choix douloureux et malheureusement prioriser les politiques à mener.

Notre collectivité démontre toutefois, une fois de plus, que malgré la baisse des dotations et des recettes nous parvenons encore à investir, et à porter des politiques que nous considérons comme essentielles tel que sur L’éducation, Le cadre de vie ou le développement d’une offre de logement complémentaire, sans oublier nos actions dans le cadre des solidarités.

Et puisque je parle de solidarité, permettez-moi d’ouvrir une seconde parenthèse.

Avec la vague de froid et de neige de la semaine dernière, nous ne pouvons passer sous silence la question des « sans domicile fixe » dans notre ville, je ne connais pas l’ampleur du phénomène, ni à vrai dire les mesures engagées sur notre territoire, mais nous savons qu’il existe, et une personne qui dort dans la rue en hiver dans notre ville est une personne de trop. Permettez-moi de poser la question, est-il mis en place un plan grand froid au même titre qu’il existe un plan canicule sur notre ville ?

Nous souhaitons profiter également de ces débats pour adresser aujourd’hui, une nouvelle fois, un appel au Gouvernement demandant la création de plus de places d’hébergement d’urgence pour les « sans abris » dans nos villes.

Je referme cette seconde parenthèse.

 

Si le groupe EELV, souscrit bien entendu aux principes, aux objectifs et orientations avancés aujourd’hui, Monsieur le maire, je ne peux finir mon intervention sans mentionné, comme les années passées, la transition énergétique, certes nous rénovons bon an mal an des ouvrants ou mettons en œuvre des isolations, mais c’est d’un véritable plan d’action dont nous avons besoin, basé sur un diagnostic, et qu’il nous faut mettre en œuvre ne serait-ce que pour pouvoir bénéficier des subventions et peut-être d’une partie des 13 milliards du plan d’action national. Certes cela demande un investissement non négligeable, mais cela se révèlera payant sur la durée, vu le cout croissant des énergies et des fluides. Et il est de notre devoir de participer au plan national de réduction des gaz à effet de serres. Je ne désespère pas que ce plan voit le jour d’ici la fin du mandat, et je compte, Monsieur le Maire, sur votre soutien sur ces questions.

Pour finir, nous exprimons nos remerciements à vous, Monsieur la Maire, à Monsieur Ghozelane votre successeur aux finances, à l’administration, à nos responsables des directions de la Ville pour cette exercice budgétaire qui nous semble être juste équitable et responsable ainsi qu’à tous les services, pour leur efficacité à porter et à mettre en œuvre nos politique avec une capacité d’agir qui ne fléchit pas et une créativité d’actions exemplaire pour pouvoir faire société ensemble, dans le cadre d’une société inclusive et dans le respect de tous.

Je vous remercie.

 

Remonter